Le suivi de chantier comprend:

Un projet de construction nécessite une organisation, un suivi et un contrôle du chantier rigoureux, afin de respecter les délais et l’enveloppe financière fixée, d’être approvisionnés au bon moment, etc. Le maître d’œuvre ainsi doit s’assurer que l’entreprise respecte le projet dans les conditions du marché. Ils doivent également contrôler que les travaux respectent la réglementation, notamment en matière de respect des normes de construction mais aussi de conditions de travail, d’environnement, de sécurité, de qualité d’exécution, …

Réunion de chantier

La réunion de chantier est le rendez-vous régulier indispensable au bon déroulement de l’opération. Elle permet de faire le point sur l’état d’avancement des travaux et le respect du contrat, de décider des mesures nécessaires au respect du délai global d’exécution, etc. Modifications, aménagements, changement de planning, tout doit être notifié car le compte-rendu a valeur juridique.
Elle est généralement hebdomadaire, mais peut être plus fréquente en fonction des travaux et des modes d’exécution.

 

L’approvisionnement

L’approvisionnement du chantier se fait généralement au fur et à mesure des besoins : prix, proximité et disponibilité étant les principaux critères de choix. Une bonne organisation des approvisionnements devrait permettre d’en faire baisser le nombre et le coût de façon significative. Pour cela, il convient de prendre en compte :

  • La nature et les quantités de produits à manutentionner ;
  • L’origine des produits ;
  • Le mode de livraison et le conditionnement envisagés ;
  • La sensibilisation aux vols et aux dégradations ;
  • Le planning des travaux et des livraisons ;
  • Les contraintes éventuelles des fournisseurs ;
  • Les contraintes en termes d’accès, de circulation et de stockage ;
  • Les moyens de manutention et de distribution dans l’ouvrage ;
  • La nature et la quantité de déchets produits et les moyens d’évacuation.

En fonction des modes d’intervention, il existe différents modes d’approvisionnement :

  • Approvisionnement du fournisseur à l’entrepôt Africa Building and Services, stockage et distribution depuis l’entrepôt Africa Building and Services sur le chantier
  • Approvisionnement du fournisseur directement sur le chantier.

La gestion des délais

Le délai constitue une des clauses essentielles du marché passé entre le maître d’ouvrage et l’entrepreneur. Le non-respect du délai entraîne l’application des pénalités prévues contractuellement.

La différence entre les dates d’achèvement contractuel et réel fait courir de plein droit les pénalités de retard. Pour éviter une application trop stricte des pénalités, il est possible de prolonger le délai d’exécution soit par décision du maître d’œuvre, soit du fait du maître d’ouvrage, pour de multiples raisons (substitution d’ouvrages différents à ceux prévus au marché, difficultés imprévues en cours de chantier, etc.), ou encore du fait d’intempéries ayant entraîné un arrêt de chantier.

Le contrôle de la qualité des travaux

L’habitude en termes de qualité est de se référer aux « Règles de l’art ». Cette notion est floue car non codifiée. Pour avoir une définition plus précise de ces règles, il est préférable de rendre obligatoires certaines normes et règles dans les documents du marché.

La gestion de la qualité est indissociable des visites de chantier, régulières mais aussi inopinées, durant lesquels on vérifie la conformité des travaux par rapport aux documents du marché et par référence aux plans et devis.

Il convient également de s’assurer que les produits ou les matériaux commandés et livrés sur le chantier sont bien conformes aux normes et spécifications du marché. Des échantillons peuvent être prélevés lors de chaque livraison afin de vérifier leurs caractéristiques. La qualité des produits fabriqués doit également être contrôlée, notamment dans le cas d’une construction en béton, durant laquelle des essais et contrôles doivent être effectués sur le béton frais ainsi que sur le béton durci.

Ne pas utiliser de sable de mer, à cause du sel qu’il contient, risque de corrosion des armatures et éclatement du béton…
Privilégier les graviers concassés issus de carrières plutôt que les graviers roulés (de rivière)

La gestion financière

Le circuit de paiement de l’entreprise commence par l’état de situation, document établi par l’entrepreneur indiquant le montant cumulé des travaux arrêté en fin de mois. Sur base de ce montant et en appliquant les clauses du marché, le maître d’œuvre calcule ensuite l’acompte qui sera réglé à l’entrepreneur par le maître d’ouvrage.

Le contenu des prix, le mode d’établissement et la fréquence des demandes d’acomptes, les conditions d’actualisation et de révision des prix sont fixées dans les documents administratifs du marché. Les dérives les plus fréquentes sont généralement dues aux imprévisions et aux modifications intervenant en cours de chantier.

Afin d’assurer une bonne gestion financière, il faut établir le plus court-circuit possible concernant l’établissement des documents de contrôle et de paiement, afin de répondre aux impératifs de gestion de trésorerie de l’entreprise.

Il faut également qu’à tout moment, la Croix-Rouge française conserve un contrôle global de cette gestion, en particulier en ce qui concerne les demandes d’avance au siège, afin d’éviter tout décalage budgétaire.
Les entreprises rédigent des états de situation mois par mois en fonction de l’avancement des travaux (exprimé en %). Cet avancement des travaux doit être vérifié par Africa Building and Services sur le chantier afin de vérifier le montant de la situation.